jeux video gazette

gazette jeux vidéos


Test : God of War 3 (PS3)

Publié par jeux22 sur 6 Juin 2011, 20:20pm

Test : God of War 3 (PS3)

L’un des jeux les plus attendu de cette année vient de paraître pour clôturer en beauté sa trilogie. God of War 3 « le magnifique » est de sortie et il promet de nous en mettre plein la vue. Présenté à l’E3 2009, le jeu avait ébloui les personnes présentes. Déjà vu sur les autres consoles de Sony via les deux premiers opus, il vient clôturer la trilogie sur console HD. De quoi finir en apothéose avec des graphismes revus à la hausse…

.

Les dieux de l’Olympe n’ont qu’à bien se tenir !

Le héros toujours aussi violent, vient mettre un terme à sa vengeance en voulant tuer Zeus. Pour mémoire, Kratos commandant d’une troupe d’homme de sparte se voit confier une armée entière, eu égard à ses magnifiques résultats en temps de guerre. Il enchaîne victoire sur victoire jusqu’au jour où il se retrouve devant un adversaire plus fort que lui. Sur le point de mourir, le guerrier fait un pacte avec les dieux pour conserver la vie en échange de son âme. Les êtres divins prennent acte de son souhait, finissant par l’aider à vaincre ses ennemis. De là, la vie de Kratos va radicalement changer. Devenant de plus en plus violent il amènera à bien une mission que lui confiera Zeus, à savoir tuer Arès. Mais notre héros est encore dissipé par des attaches qu’il lui reste sur terre. Suivant un ordre du dieu des dieux, il va massacrer des croyants dans une église. Oui mais voilà, sans le savoir, Kratos tue sa femme et son fils. De là nait une colère énorme contre cette divinité à laquelle il s’est voué corps et âmes. Ainsi prend forme l’idée de la vengeance du spartiate… Par la suite, ce dernier se retrouve à l’entrée du mont Olympe proche de son but. Il est aidé par les titans qui ont une revanche à prendre contre Zeus. L’occasion de noter que le jeu est bien plus abouti que ce que nous présentait la démo jouable, il ya plusieurs semaines. Normal, cette dernière avait été volontairement bridée…

C’est donc après une scène cinématique retraçant les grandes lignes du jeu, que l’on commence enfin à contrôler la « machine à tuer ». Il est clair que l’homme n’est pas décidé à faire le moindre cadeau à ses adversaires. Armé de sa lame des enfers, notre tueur s’en donne à cœur joie contre les morts vivants présents devant lui. L’hémoglobine y coule à flot. Premières impressions, le jeu est très beau avec des décors somptueux et très détaillés. La violence y est omniprésente et conseillée (dans le jeu). Notre Kratos fait « joujou » avec sa lame de l’enfer. Basique au début, on pourra l’améliorer et en faire une arme plus destructrice encore. Sur le dos du titan Gaia, le spartiate se rapproche dangereusement du sommet de l’olympe. Chose que le dieu des dieux ne peut permettre, d’ou l’envoi immédiat d’une armée de fidèles . C’est donc balancé aux confins de l’enfer, que le vengeur va devoir se frayer à nouveau un chemin vers le sanctuaire des dieux. Les ennemis sont nombreux, on a peu de temps de répit. On se trouve dans une véritable Beat Them All avec un nombre incalculable de violents combats. Pas le temps de « faire le touriste », il faut avancer vers son but. D’autant que dans les enfers, des bêtes plus impressionnantes et plus coriaces attendent le guerrier. Mais après avoir affaibli les sournoises créatures, il faudra penser à les achever « dans les règles de l’art ». Et rien de tel qu’un bon vieux QTE pour cela. Très simple, on suit les indications défilant à l’écran et on applique en appuyant au bon moment sur les boutons. Et là c’est le réveil du barbare,! Arrachages de têtes pour une mort douce jusqu’à une éviscération pour marquer les esprits. La pitié ne fait clairement pas partie des qualités de notre sombre héros et au fur et à mesure de notre avancée, on remarque que la violence s’amplifie progressivement. Aucun pardon pour ses ennemis, ils mourront tous et de la manière la plus horrible qui soit.

D’ailleurs pour se procurer une arme, il n’hésitera pas à sacrifier la vie d’une personne, afin d’obtenir son nouveau « joujou de guerre ». Mais que serait GOW 3 sans ses impressionnants ennemis de fin de niveau ? Le premier Boss du jeu n’est autre que le dieux des océans, Poséidon. Agrippé sur le corps de Gaia, le dieu essaiera de faire tomber sa proie du mont Olympe. A coup de QTE , il faudra le faire lâcher prise et « l’envoyer faire une balade sur la terre ferme » pour l’achever. La mise en scène est vraiment fantastique, on se retrouve dans le corps de Poséidon et on vit ce que subit la pauvre dieu. Et puis, comme dans la mythologie, les histoires sont faites de complots, de meurtres, d’amour et de trahisons. C’est ce dernier méfait que va subir Kratos de la part de Gaia. Envoyé dans le monde des morts, il va devoir se mesurer à Hadès lui même. D’une taille conséquente, il va falloir en venir à bout en évitant ses coups. Au milieu d’une arène, le dieu n’aura de cesse de vous attaquer. Avec ses grands gestes il interagira avec le décor, vous donnant tout de même l’opportunité d’échapper à ses attaques. Une première fois battu, il faudra l’affronter à nouveau mais cette fois sous forme de QTE. Chacun sur une rive, un fossé au milieu, vous devrez lutter pour ne pas tomber et vous défendre une fois de plus de ses attaques. Un combat qui sort vraiment de l’ordinaire… On ne peut d’ailleurs pas dire que les boss soient faciles à battre dans God of War tant leur niveau de jeu s’avère élevé. En même temps, n’oublions pas qu’il s’agit de véritables dieux, aspect que les développeurs ont très bien intégré dans God of War 3. Quel plaisir d’exploser des personnages de la mythologie impunément ! Mais pour en revenir à cet affrontement contre Hadès, notez qu’une fois vaincu, vous aurez le loisir de récupérer son arme de guerre. Cette dernière sera affectée automatiquement sur une direction de la croix directionnelle. Elle pourra ensuite être utilisée à tout moment. Voilà Kratos plus fort que jamais et qui continue son chemin plus « chargé » qu’avant…D’ailleurs, chaque victoire contre un boss vous donnera accès à un nouvel arsenal, de plus en plus puissant. Les poings d’Hercule qui frappent fort, ou encore le fouet de Némée forgé par la pierre trouvée sur le cadavre de Chronos et qui fait des dégâts électriques. Ainsi, on permutera l’arme, toujours à l’aide des touches de la croix directionnelle.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents